Fannie Moor : une artiste à suivre !

Écouter sa voix et choisir sa voie

Un timbre de voix envoûtant, des textes simples mais puissants, un talent indéniable teinté d’humilité, Fannie Moor est une jeune artiste réunionnaise dont les chansons vous transportent dans un univers musical aussi éclectique que riche. Rencontre…

Quel a été votre premier contact avec la musique ?

« Petite, mon père jouait de la guitare et ma mère, aussi loin que je m’en souvienne, a toujours chanté. J’ai toujours aimé écouter beaucoup de styles de musiques différents et chant reste mon refuge. Autodidacte, mon père m’a montré quelques accords de guitare et j’en joue un peu pour accompagner ma voix ; j’ai appris à l’oreille et en regardant quelques vidéos sur Internet. »

Quel a été le déclic pour faire de la musique votre métier ?

« Les gens autour de moi m’ont souvent dit que j’avais une belle voix et m’ont longtemps demandé pourquoi je n’en ferais pas mon métier. Mes parents m’ont toujours beaucoup soutenue en ce sens, et je les en remercie car il est assez rare que des parents encouragent leurs enfants à emprunter la voie artistique dans un cadre professionnel. Je me rends compte de ma chance de bénéficier d’un soutien sans failles de l’ensemble de mon entourage alors, j’ai décidé de me lancer pour de bon. »

Comment l’histoire musicale a-t-elle donc commencé ?

« Tout est véritablement parti d’une rencontre. Manos de son blaze, m’a fait rencontrer l’équipe du Homewood Studio avec qui je collabore depuis une année maintenant. C’est ainsi que j’ai pu donner vie à ces chansons composées dans ma chambre accompagnée de mes accords de guitare. Aujourd’hui, grâce au studio, tout cela est devenu un véritable projet artistique avec une équipe qui a envie aussi de travailler avec moi et qui me soutient. »


Êtes-vous à l’origine des textes de vos chansons ?

« J’ai écrit et composé toutes les chansons en 2021. Ayant vécu une rupture amoureuse douloureuse, j’ai donc été très inspirée d’autant plus que cette phase est survenue pendant l’épidémie de Covid. Introspection, remise en question… J’ai beaucoup écrit. Je suis donc arrivée un an plus tard en studio avec mes compositions, mes textes et ma voix puis, les sons ont été retravaillés. Chacun a pu y mettre sa patte au travers de la musique et des arrangements. »

Vous a-t-on déjà dit que votre voix se rapprochait de celle d’Adèle, la diva internationale ?

« Oui c’est arrivé assez souvent et c’est un honneur pour moi que l’on puisse me comparer à une artiste d’une telle envergure et puissance vocale surtout que la confiance en moi m’a toujours manquée, tout comme ma légitimité dans ce métier. D’ailleurs, ce sont les gens qui m’ont convaincue de faire ce métier. Aujourd’hui, je me sens un peu plus à ma place mais quand on me compare à Adèle, j’ai quand même du mal à y croire. »


Quel est votre objectif musical ?

« J’aimerais sortir mon album et si ensuite, je pouvais faire une tournée ne serait-ce qu’à l’échelle de la France, ce serait juste génial. Vivre de sa passion est le rêve de tout artiste et même de tout un chacun. Me retrouver sur scène, dans l’échange avec le public, ce serait juste le rêve ! Si je pouvais atteindre l’objectif d’être rémunérée pour pratiquer mon art, ma passion, j’aurais réussi. »

Le cinéma vous attire aussi…

« Oui, je suis partie une première fois de La Réunion afin de suivre les cours Florent, une grande école de théâtre, à Montpellier. À l’heure actuelle, il m’est impossible de choisir entre la chanson et le cinéma. Ce sont deux disciplines différentes mais qui m’animent profondément. Je serais frustrée de réussir dans la musique et de ne pas avoir au moins eu une expérience pas dans le cinéma et inversement. J’aimerais vraiment pouvoir m’épanouir dans ces deux domaines car je m’y sens bien. »

Vous avez récemment sorti le clip de votre premier single « Ouais », pouvez-vous nous en dire davantage sur ce tournage ?

« Le clip a été tourné dans les hauteurs de la Saline, vers le Maïdo. Il faisait assez froid ce jour-là d’ailleurs et toute l’équipe était en pull sauf moi qui étais en robe légère. Nous n’avions pas beaucoup de budget et nous voulions profiter de la richesse et de l’authenticité des paysages que l’île nous offre. Pas de lumière spécifique, aucun artifice n’a été ajouté, nous nous sommes gracieusement servis dans la nature. »


Comment peut-on retrouver vos sons ?

« J’ai un compte artiste Spotify en cours de création au nom de Fannie Moor. J’alimente mon compte Insta avec les covers et le clip qui vient de sortir. Les autres sons devraient bientôt être disponibles sur les plateformes numériques à l’instar de Deezer, Youtube…


Suivez-la sur Facebook : https://www.facebook.com/fannie.mournet