"Les Marrons", première fresque littéraire de France !

Cette fresque littéraire inédite est l’œuvre de l'artiste péï Stéphanie Lebon. C’est une grande première pour l'artiste plasticienne et peintre en lettres.


Une fresque de 450 mètres

Inaugurée dimanche 23 avril dernier, "Les Marrons", première fresque littéraire de France, s’étale sur près de 450 mètres entre le giratoire de la Région et celui du Leader Price. Pour exécuter cette œuvre inédite, l'artiste péï Stéphanie Lebon a peint en lettres les 189 pages de l'ouvrage de l'abolitionniste Louis Timagène-Houat. "J'ai déjà réalisé des fresques en calligraphie, mais jamais de cette taille là et avec autant de texte !", a-t-elle confié sur les propos repris par Clicanoo.

Les milliers d’automobilistes qui empruntent cet axe chaque jour peuvent désormais admirer et consulter les mots de l’écrivain.



Une initiative de la ville de Saint-Denis

L’artiste plasticienne a démarré cet ouvrage qui impressionne par sa taille et sa réalisation. Il a donc fallu un an à l’artiste plasticienne pour réaliser ce long travail de calligraphie qualifié comme la première fresque littéraire sur le territoire réunionnais et français. Le projet est une initiative de la ville de Saint-Denis, dans le cadre de l’opération "Desot le mur" ou "musée à ciel ouvert". Le but de ce projet est de donner l’opportunité aux artistes d’illustrer des œuvres du patrimoine réunionnais sur l’espace public. "Nous faisons en sorte de remettre à leur place, une partie de la mémoire effacée", a déclaré Ericka Bareigts, maire de Saint-Denis dans les colonnes du journal Le Quotidien.re.


Un ouvrage historique

Le choix de l’ouvrage n’a pas été fait au hasard. Dans sa forme, il représente le premier roman réunionnais écrit en français. Son contenu a également toute son importance, car il raconte la période d’esclavage à La Réunion.

D’après Ericka Bareigts, ce livre a été placé aux oubliettes et son nom a même été banni de l'Histoire et de son île. Avec cette fresque, le roman renaît de ses cendres en étant posé sur un mur. Une petite virée s’impose en vue d’une balade artistique grandeur nature pour s’imprégner de l’ouvrage.